Blogue d’ACCM

LE TRAITEMENT SIMPLIFIÉ 7 PAR: Maria Lawrinovicz

Non classé

Être d`âge mûr !

Par: Maria Lawrynowicz
Supervision et traduction par: Gilbert Mallais (Facilitateur d’Info-Traitements)

Grace aux progrès incroyables en matière de traitement HAART pendant les 30 dernières années, ceux qui vivent avec le VIH ont une espérance de vie beaucoup plus élevé et une meilleure qualité de vie. Cela a créé un domaine relativement nouveau d’intérêt dans la recherche qui aurait été du jamais vu il ya 20 ans: le vieillissement avec le VIH. Comment l’infection avec le VIH change la progression des processus biologiques normaux et les pathologies associées qui viennent avec le vieillissement?

Les recherches dans ce domaine sont complexes, car il est difficile de suivre des sujets durant de très longues périodes de temps. Cette étude, cependant,  à regardé 1046 patients VIH + en France qui ont débuté leur traitement par antirétroviraux entre 1997-1999, et les a suivis pendant 10 ans! D’autres études devraient suivre cet exemple parce que dans la communauté séropositive, il n’est plus une question de s’inquiéter si vous allez vous rendre à un âge mûr, mais ce que vous allez faire quand vous y arriverez.

L’incidence du diabète sur 1046 patients VIH + sur combinaison antirétroviral sur une période de 10 ans.

Le volume du SIDA 16 (30) 28 Janvier 2012 P303-314
Capeau, Jacqueline; Bouteloup, Vincent; Katlama, Christine; Bastard, Jean-Philippe; Guiyedi, Vincent; Salmon Ceron-, Dominique; Protopopescu, Camelia; Leport, Catherine; Raffi, François; Chêne, Geneviève
Les fin des années 90 a vu une augmentation dans le diagnostic de diabète de type II dans la communauté séropositive. Lors d’un essai, les patients n’avaient pas certains facteurs de risque classiques de diabète tels que, l’hypertension artérielle, antécédents familiaux, ou l’hépatite C, mais quand les essais ont continué, plusieurs tendances ont émergées. Les chercheurs ont constaté que les patients qui avaient reçu des inhibiteurs de la protéase de première génération tels que la stavudine, l’indinavir, ou à la didanosine avait une chance plus élevée (12,6% chez les femmes, 14,6% chez les hommes *) de développer le diabète. Curieusement, cette tendance a été limité à ceux qui ont eu une exposition à court terme à ces médicaments (probablement parce que ceux qui ont développé un diabète  ont cessé le traitement peu de temps après). Depuis lors, les médicaments ont été retirés du marché dans l’Ouest et ne sont plus utilisés, mais, dans la plupart des cas, le diabète a persisté même après que le traitement eu été interrompu.

 

 

 

Plus important encore, l’étude a cependant noté que l’âge et teneur en matière grasse ont été jugés les meilleurs marqueurs pour le diabète, encore mieux que l’utilisation des inhibiteurs de protéase de première génération. En raison des changements dans la répartition des graisses qui se produisent avec le VIH, la communauté séropositive doit être vigilante en ce qui tien aux facteurs de risque pour le diabète et à maintenir un mode de vie sain tout  au long de leur vie. Les personnes séropositives devraient également avoir des examens annuels pour tester la glycémie à jeun et les paramètres de matières grasses, tels que l’IMC et le rapport tour de taille/ tour des hanches. La détection précoce des facteurs de risque pourrait permettre aux patients de faire des changements de mode de vie simples avant d’avoir à révolutionner radicalement  leur vie avec une autre maladie compliquée, comme le diabète.

Comme dit le proverbe, l’herbe est toujours plus verte de l’autre côté, donc faites de sorte à garder votre corps dans la meilleure forme  possible!

* [Gardez en tête que cette étude a été réalisée en Europe. Si cette étude fait en Amérique du Nord, les résultats seraient probablement encore plus saisissant.]