Blogue d’ACCM

LE TRAITEMENT SIMPLIFIÉ 9 par Vivienne Walz

Non classé

Ne pas perdre la boule

Par: Vivienne Walz

Supervision and Traduction par: Gilbert Mallais

Le 28 juin, 2012

Au cours des 15 dernières années, le traitement du VIH / SIDA a parcouru un long chemin. Plus d’adultes VIH + vivent maintenant dans la cinquantaine, la soixantaine et au-delà, mais avec cette nouvelle démographique de PVVIHs, vient de nouveaux défis. Parmi ceux-ci sont les évènements graves connexes non relies au sida (SNARE (anglais)).  Les SNAREs sont liés à un faible nadir (le nombre le plus faible de lymphocytes CD4 jamais eu par un PVVIH), et sont de plus en plus commun, comme sont les patients vieillissent avec le VIH.

 

Un SNARE en particulier  est la démence associée au VIH. La démence est souvent utilisée comme un terme générique pour designer les déficiences neurocognitives associées au vieillissement. Les symptômes typiques de la démence comprennent de nouveaux troubles de la mémoire, accompagnés de difficultés de la langue, de la planification de mouvements, d’apprentissage et de reconnaissance qui interfèrent avec la vie quotidienne. La maladie d’Alzheimer est un type de démence. Un autre est la démence complexe associée au sida.

 

 

Bonnes nouvelles: Dans le cas de la démence  complexe  associée au sida, cette condition peut être réellement amélioré avec l’adhésion à la  multi thérapie.

 

 

Plus de bonnes nouvelles: Il y a beaucoup de facteurs de risque contrôlables associés à un déclin cognitif. L’adhérence et la continuité de la thérapie antirétrovirale sont un moyen de réduire le risque de déclin cognitif plus tard dans la vie. Éviter les ITS et  atteindre un taux de CD4 supérieur à 500 est également important. Un tour de taille élevé a également été liée au développement de la démence, donc  une bonne alimentation et  de l’exercice peut diminue les risques. Être actif a l’avantage supplémentaire d’améliorer la santé cardiovasculaire, qui contribue également à prévenir le déclin cognitif. En mangeant sain le risque de diabète de type II, qui est associée à un déclin cognitif chez les patients VIH +, est également abaissé. Prendre soin de la santé mentale est aussi importante, en traitant la dépression et avec le maintien de stimulation sociale.

 

Les SNAREs tel la  démence associée au VIH sont un nouveau défi auquel les PVVIH vieillissants sont confrontés. Mais en prenant soin du corps de l’âme, et de  l’esprit on peut être protégé.

 

Source: Julian Falutz, MD. “HIV, Aging and Cognition: Current Status and Future Challenges – Maintaining and Improving Cognitive Function”. June 2010.